Entre la mode et la religion, une relation

Je ne suis pas une artiste makeup mais j’aime retranscrire cette part de vérité que tout maquillage laisse supposer. Et est-ce nécessaire de connaître les subtilités du pinceau pour comprendre cet Art. Je crois que cela va avec! Par contre je crois qu’on peut analyser sans aimer le contact de la peau. Je parle de cette expérience que j’ai eu en Cap esthétique en 2015 où je ne me suis pas sentie à l’aise dans son environnement, et si je suis peut-être une artiste quelque part, je ne pense pas que le makeup est tombé sur moi comme une évidence. Rien n’empêche que ma vision est très développée, très nuancée. Et en tant que directrice artistique j’aimerai bien aller plus loin.

je suis à l’affût de ce qui est neuf mais surtout de ce qui apporte une autre touche à l’Art du makeup, je ne souhaite pas toujours vous apporter une technique du makeup, mais plus une vision, ma vision du beau en tant que magazine ou peut-être blogzine. Ce n’est jamais facile de définitivement rester fidèle à une ligne éditoriale, et ce n’est pas ma conception du design que stagner dans un style surtout ici. Je crois à l’évolution perpétuelle d’une ligne directrice, je ne crois pas qu’on puisse se définir en tant que tel et qu’on s’en tienne à cet image, telle n’est pas ma conception de l’évolution et du changement de l’être humain. Et ce serait se donner un style qui ne nous correspond pas, une image fausse que de se définir définitivement. Et pour vous parler de la marque et de sa création à son évolution, l’évidence est là: ça bouge et heureusement. Et je parle de cette réalité au sein d’un article makeup simplement car je crois que c’est similaire comme vision des choses. Et ce parallèle traduit bien mes idées.

Alors que le maquillage nous montre à un instant T, c’est un peu comme le témoignage d’un moment et état d’esprit. Le makeup n’est pas fixe et on peut le varier en fonction de son humeur, de ce qu’on veut démontrer, une marque c’est aussi cela, elle se définit par un logo pour qu’on l’ai en tête mais son concept évolue, comme son créateur. Il ne faut pas rester fermer, c’est juste une chose indispensable et évidente, je suis passionnée par la création et même si je n’ai pas de formation et donc aucune structure, c’est cela ma liberté et je tiens à la garder. Alors on peut me penser un peu frivole mais finalement c’est mon identité. Et quand le monde de la mode, est formé au millimètre, je rejette complètement leur mode de penser, je fixe mes propre règles de l’innovation. C’est ma différence et je le dis à qui veut bien l’entendre.

Revenons au makeup dont je parle un peu moins, alors je recherche toujours dans ma conception de l’esthétique bien autre chose, je suis en quête de beauté mais aussi d’innovation, pas forcément la nouveauté et l’excitation de ce qui semble fugitif, non je veux aussi inscrire ma vision dans la durée. Et finalement ce blog a pour mission de mettre au grand jour les nouvelles tendances, tout en gardant ma personnalité de créatrice de contenu comme c’est ici le cas. Je souhaite toujours éviter de trop m’inspirer dans le sens du copié-collé, je prends dans une photo parfois un soupçon et une once de vérité. Je côtoie des artistes dans cet objectif, créateur de contenu, designer me laissent présager du meilleur et surtout de quelque chose de différent. On pourrait parler de mode, aussi mais l’article que je réalise est au sujet du makeup…. Le makeup design, l’Art du makeup, le maquillage artistique qui, une fois qu’il est inscrit dans les moeurs des gens a tendance à se propager rapidement. Est-ce cela qu’il faut comprendre dans mon blog? Le design, la création de concept, l’innovation, la prescription d’un style ou d’un nouveau genre, n’est-pas les autres qui le détermine? Et n’est-ce pas à moi-même de laisser les autres designer et dessinateur s’inspirer d’une certaine philosophie.

Quel est l’Art suprême, qu’est-ce qui est supérieur à toute chose, la religion? L’Art de vivre, une sorte de prophétie qui inscrit dans la durée l’avenir du monde. Je ne prétend pas à cela même si je veux me distinguer dans mon action générale et globale. Il n’y a pas d’Art supérieur et tout coexiste, il y a peut-être une substance à prélever un peu partout, mais la force suprême qu’on recherche dans l’Art seule Dieu peut l’atteindre. L’artiste s’il n’est pas croyant par contre il croit en ce qu’il fait, et souhaite imposer au monde une vision différente de la religion des mondes parfois.

Ce qui touche à l’être humain est finalement sacré, alors les acteurs de la mode qui sont dans le cliché qu’on perçoit superficiel, ne côtoie pas un concept superficiel, la mode est riche et évolutive et autant que le makeup peut évoluer vers la création d’un Art. La mode a vécu des bouleversements au 20 éme siécle et quand elle a défini au passé la manière dont les gens s’inscrivaient dans le monde et surtout dans un groupe, est-ce toujours le cas? ou est-ce à ce niveau que les siècles à venir verront s’afficher une mode anti-sociale et synonyme de différence. Est-ce que l’individu va réussir, chaque personne va réussir à montrer sa différence par le style à l’opposé d’avant où l’individu s’habillait juste pour afficher sa ressemblance à un groupe social. Je crois à la création du style unique, je crois à l’individualité et non pas l’individualisme, je crois à l’unicité et l’Art d’être cet autre dans un monde universel. La différence est le meilleur des remèdes à l’aube d’un nouveau monde où des crises se préparent.

Le makeup, la mode, cette universalité de la différence, cette façon d’aller au monde et dans le monde pour prouver notre affirmation, la mode Art suprême ou Art de chacun pour soi. Et si on est tous capable de créer une marque, des logos sur canva, comment finalement se démarquer pour maquiller les autres, les habiller, et si on passait par soi, le selfie, le selfart comme j’aime le dire depuis le temps. Tout le monde peut créer aujourd’hui la mode, une marque, personne n’est à l’abri de l’inspiration, et quand la concentration de parcelle créative nous pousse à revoir le monde autrement est-ce pour aller ailleurs dans une autre direction, une voie unique, la croyance des deux mondes. Une chanson au hasard de mes pensées me rappelle ses paroles: le monde est divisé en deux parties.

Alors entre design de la pensée, musique actuelle je vous fais part de quelques nouveautés. Mais n’oubliez pas que la photo a aussi sa place et que le selfie remplace la photo de mode classique, il n’y a plus qu’un pas: celui des années, de la tradition perpétuée par les habitudes et habitués, tous ceux qui ont peur du changement, de la nouveauté, ceux qui ne sont justement pas frivole et qui se complaisent dans cet anti-Art du réel, le futuriste, car aujourd’hui ce n’est plus le futurisme, on est dans le futur, on veut juste s’envoler et dans la quête spirituelle chercher sa destinée auprès d’un Dieu, peut-être que les idéalistes l’ont déjà saisi. Et savaient à de quoi le monde était fait?

Et du réel à l’imaginaire, le candide de Voltaire savait déjà quelle utopie nous mènerait à tout cela. Il n’y a pas de mots et les mots sont trop faibles pour décrire la révolution des idées, le post-net.

Bienvenu dans le post-net son et le monde des idées, quand quelques n’ont pas eu peur c’est là que les autres ont suivi.

« Sans peur de l’ombre, la lumière d’un nouveau jour guette l’homme petit à petit, et à pas de loup envahit le post-net, la galaxie t’a trahi, les étoiles ont perçu chez toi que tu avais tout l’air d’un futuriste, tu es l’Homme d’hier et l’Homme de demain, tu as au pied défini l’infini »

« Et pour en finir avec le makeup, je dis bonjour aux étoiles Adieu à L’Amour, aujourd’hui est un autre jour quand je définis ma prophétie et mon identité, la fraternité quand elle est aussi synonyme d’inventivité n’existe qu’au travers des larmes d’hier, et quand l’artiste est attristé il doit voir l’infini autrement, un semblant de perception, une vision universelle et une inspiration de la vie, un souffle du jour, une échappée poétique, une respiration que la mort n’existe pas, Dieu c’est ça » Nada pas de néant juste le nihilisme d’un Nietshe qui n’avait pas tout vu et peut-être compris. Et quand le monde en tant que néant est juste le tout »

« Et demain te dira que l’espoir c’est ça, l’espoir de se dire que la mort est la conception des anciens qu’elle a existé dans l’esprit de quelques esprits moyen âgeux, le poète a tous les droits et même de croire que l’infini n’a aucune limite, oui no limit, aucune barrière et pas même sa propre existence, la terre de son enfance, le ciel de sa vie » C’est ça la vérité no limit, l’échappée d’hier et l’existence d’aujourd’hui quand l’infini côtoie la prophétie, la fraternité, l’universalité, et bien sûr le ciel, la différence, ainsi que la mort j’allais dire la mode, lol le néant, demain c’est l’Italie d’hier et l’océan d’aujourd’hui. Quand à la sensibilité de l’artiste elle est parfaitement normale quand tu avances à pas de loup vers la destinée, à la moitié et à la vérité au plus près, tu touches autre chose »

Je crois que cette chanson était bien la préférée de mon grand-père, le grand architecte et designer qui a vu autre chose, et que l’architecture de demain c’était celle de toujours….avant-gardiste et futuriste dans sa conception…les cités de tous les jours et les tours n’en sont que la traduction.

« L’Homme est un loup pour l’Homme » Hobbes (« Le Leviathan »)

Marie-Caroline, Y.B Paris