Ma définition du luxe

Je vais vous faire une confidence, je n’aime pas le luxe, quoiqu’on en dise! je suis une artiste dans l’âme avec quelque chose de sûr de moi, vous savez l’inconditionnelle bohème attitude, je n’ai pas besoin de tout ce luxe pour exister, m’affirmer et me définir! Je ferai fuir n’importe quel amoureux du tape à l’oeil. La vrai luxe à mes yeux ce n’est pas de posséder toutes les richesses et de se retrouver caricaturer dans un roman de Molière. J’ai une vie bien trop romanesque pour me retrouver dans les personnages de Molière!

J’aime trop la différence et je fuis les bonnes manières, je suis une artiste de notre temps! Les femmes qui m’inspirent et mes maîtres d’une autre époque sont un YSL ou une gabrielle Chanel, je me sens proche de ces personnalités hors du commun qui n’était pas attachées au luxe mais à la créativité! J’aime ces artistes recherchant la solitude, j’aime cette tristesse qu’ils ont chez eux et que je respecte, mais je fuis les réunions mondaines et les grands événements, à part la fashion-week peut-être…

Vous ne trouverez pas sur mon blog le portrait parfait de jolies mannequins dans un décor de luxe tape à l’oeil, j’aime la mixité, le décalage, j’aime le beau et le laid! J’aime les japonaises et leur tee-shirt fluo, je n’aime pas la robe parfaitement portée avec élégance mais plutôt le blouson rock sur une robe bohème, c’est ça la mode, ce petit quelque chose de décalé, ce n’est pas la recherche de brillance et de luxure…J’oppose réellement ces deux concepts et ceux qui conservent cette vulgaire appétence pour le luxe moscovite, on dit ça je crois pour définir les nouveaux riches de la Russie, qui s’habillent avec du Chanel et du Dior dans une sélection très 80-90’s donc trois pas en arrière de notre temps. Vous me direz, ils ont une sacré personnalité et aime se déformé le visage, je ne juge pas la chirurgie esthétique, mais Molière en aurait fait un bien beau portrait.

Depuis que je connais la caricature propre au théatre, j’ai compris que le plus important était d’être soi, ne pas tenter de ressembler et d’appartenir à un groupement d’individu, à tout niveau, cette volonté de faire différemment et de voir autrement me convient bien! J’aime le naturel bobo plus que le faux et ne m’en cache pas, je suis plus bourgeoise que villageoise! parfois bon chic bon genre, je déteste la patte du luxe et le style des voitures UBER me convient bien…Je ne cherche pas la porsche carréra rouge tapante ni la ferrari rose, non c’est pas mon style!

Passons maintenant à quelques photos d’enfance!

papi et moi, papa derrière et ma soeur

Marie-Caroline Rey, à 15 ans



Papa et moi



Marie-Caroline Rey





la famille avec ma cousine et ma soeur Camille

Marie-Caroline Rey, Y.B Paris

Publicités