La presse et la liberté vue par une blogueuse mode

Pour dépasser les préjugés qu’on a sur nous, il faut devenir un vrai model de réussite, je ne parle pas juste de faire un shooting mais d’être au top de la culture mode. Beaucoup critique ce qu’est et représente la blogueuse, certaines la traite de pathétique quand d’autre la jalouse, mais je ne perdrais pas de temps à faire pareil en critiquant car j’ai mieux à faire. Ce qui me choque c’est quand je découvre des personnalités du monde de la mode censées faire preuve d’intelligence et finalement tomber dans la bassesse. Ce qui est absolument géniale chez les blogueuses que je défend c’est qu’elles ont compris l’essentiel, elle rejette une certaine presse écrite féminine trop lisse et basée sur des paradigmes, découvrez le sens du mot pour mieux comprendre ici .Et j’ajouterai à paradigme le mot stéréotype. Cette presse qui fait comme elle peut mais qui basée sur des faits ou des idées voient le monde dans un mouchoir de poche et très restreint.

Et comment ne pas s’apercevoir que cette industrie de la presse écrite s’effondre et change de direction, beaucoup ne l’acceptent pas et refusent de commencer à s’informer autrement. Ce que je cherche personnellement c’est l’authenticité et ce n’est pas maxi ou femme actuelle qui va révolutionner le monde et inverser la tendance. Pourtant beaucoup de femmes lisent ce types de magazine très patriarcal ou basé sur de vieux stéréotypes de la femme qu’on va chercher dans les années 60 ou 70. Chaque numéro du mois est formaté sur le même que le précédent, c’est comme ici Paris ou voici.

catalog-cover-large

Ce type de magazine et on le pense tout bas sans le clamer nourrit l’ignorance de quelques uns, ne s’imaginant pas la violence du concept et cherchant invraisemblablement le scandale derrière une idée. Pourtant l’éducation commence bien par là ou plutôt l’éducation de quelques esprits qui n’ont appris à penser que devant regarder des millions OU la roue de la fortune, c’est dur à dire mais pourtant tellement vrai. Alors ma cible n’étant pas les seniors je ne risque pas de tomber sur une dame choquée par mes mots….

Sauf que ce que les intellectuels de gauche ont en tête moi je l’exprime haut et fort! Je peux vous assurer qu’à cette heure-ci ils sont devant le monde et non le figaro quotidien ou pire le parisien réservé au travailleur du café du troquet du coin.

Telle est la représentation d’une certaine presse française qui change un peu quand on l’asticote…

Pour changer les choses il faut parler vrai, et pour changer la donne il ne faut pas avoir peur de parler comme ne le fait pas la majorité et pour ne pas avoir peur de parler, il faut détenir la connaissance, la presse a été ma source d’infos première toute ma vie, c’est mon ADN. Toute petite je m’évadais pas ce biais car je n’avais à part les livres aucun autre moyen de m’informer et les blogs n’existaient pas encore.

J’en ai assez des intellectuels de gauche conformistes qui attendent la révolution pour agir ou quelques mouvements de penser pour sortir de leur confort et aller vers l’inconfort. Que dire des gens de la droite qui attendent que ça tombe dans leur assiette, il faut être soi-même pour exister et aller chercher l’information là où le cœur nous dit d’aller.

Souvent la raison d’un mouvement comme les sources d’infos des mouvements de gauche sont responsables du maintien des castes tranquille et sage qui ne pensent qu’en fonction de ce qu’on leur dit au petit déjeuner, à la radio ou dans le journal.

Personnellement j’adore l’idée des blogs qui mêlent story telling donc le « je » et le « nous » ou le « vous », ça change du « fait » qui n’a pas lieu d’être raconté ainsi comme le fait si bien la presse actuelle. Et de mêler le « je » avec la conjugaison du « nous » change le court de l’histoire, et offre une autre vision au lecteur qui perçoit le monde autrement que par la conformité au système actuelle.

Et intégrer la vision du narrateur change le ton toute suite et intègre un peu de la personnalité de celui qui raconte…. C’est très différent de ce que propose cette presse classique qui relate sous couvert du magazine OU du journal une histoire étrangement formaté…et on retrouve souvent la même dans chacun des numéros du mois.

N’hésitez pas à donner votre avis dans ce qu’on aurait appelé le courrier des lecteurs, aujourd’hui avec le RGPD c’est très contrôlé puisque si vous n’avez jamais laissé de commentaire je dois l’accepter auparavant.

Mais finalement où s’informer et où trouver du sens? en vous je dirai et ce qui ressort de votre coté créatif et non de ce que propose les médias que vous copiez-collez. C’est mieux de faire erreur et ensuite de s’améliorer que de répéter ce qui a été fait, mais malheureusement le système éducatif d’hier et l’école ne nous l’a jamais enseigné. Préférant nous dire de commenter les autres au lieu de créer directement notre chef d’oeuvre. Vous me direz si on ne doit pas s’arrêter chez les autres pour lire leur travail alors à quoi ça sert de créer? That’s the question today…..

Je ne suis pas d’accord avec Jean-Paul Sartre quand il dit « Etre libre ce n’est pas vouloir faire ce que l’ont veut, c’est vouloir faire ce qu’on peut » Je ne suis pas d’accord « la véritable liberté c’est de vouloir faire absolument ce que l’on veut » et Sartre pour affirmer des restrictions à la liberté était enfermé dans la société d’hier, son esprit était absolument conforme à ce qu’on attendait de lui, ce n’était pas un révolutionnaire mais plus un conservateur des libertés d’hier… De mon côté je suis pour la liberté illimité et non le pouvoir illimité comme il le dit si bien « c’est vouloir faire ce qu’on peut ».

Pourquoi faire ce que l’on peut quand l’univers nous dit le contraire, les esprits petits d’hier enfermés dans un carcan ne nous apprennent plus rien…C’est comme Simone de Beauvoir et les femmes soumises aux hommes dans les foyers, la question n’est pas là, puisqu ‘aujourd’hui la femme est en France plus libre que jamais, n’oublions pas que beaucoup sont célibataires et que le modèle a changé…Et c’est cela la véritable liberté, le mariage c’est un idéal dans l’esprit de certaine, mais qui n’existe pas tout simplement quand on est une vrai femme d’aujourd’hui, C’est le sens cornélien des choses, tout blanc ou tout noir, une vision manichéenne de la société. J’en resterai là afin de ne pas me mettre à dos toute l’église catholique. Lol…

Marie-caroline Rey, Y.B Paris