l’existentialiste cet humaniste VS futuriste

Faire un dossier presse ne sera pas ma tasse de thé, ce n’est pas mon truc d’aller me faire mousser auprès des journalistes, je me fiche de leur existence car je n’ai pas besoin d’eux pour m’étendre sur les moteurs de recherche et je suis de plus conseillère image, activités des agences de publicité, je fais mon auto-promotion. Je n’ai pas besoin d’une parution spéciale et n’irai pas m’abaisser à le demander. La presse est morte, vive les blogs. Je déteste le mot influenceur, je préfère blog, et oui blogueur ou youtubeur mais pas influenceur, on est tout blanc ou tout noir, mais on est pas entre les deux . Et oui sur mon concept on est très cash, mais il faut rester clairvoyant, que vont devenir tous ces photographes déjà remplacés par l’utilisateur de tel? Il faut les aider à se reconvertir, on en a encore besoin, mais je dirai entre la mort de la presse et des photographes qui vont avec, il y a de quoi s’inquiéter pour certains concepts traditionnels. Prenez un magazine, ses photographes en pensant à la mort du droit d’auteur, voir la décision de justice ici qui va faire suite à d’autres jurisprudences c’est certain.

Sachant que des milliard de photos sont publiées sur les RS, la pression et la machine est plus forte que jamais, on ne peut pas protéger ces photos, ça peut tourner au bug au final. Vous savez combien coûte la parution d’un magazine papier? Très chère et c’est anti-écolo. Je ne recommande pas. Et puis tout va très vite, on a pas le temps de faire un shooting, à moins de faire des photos avec un tel. Mais le mot shooting arrive à sa fin. Comme je vous dis on est dans l’ère du selfart, j’ai utilisé pour la première fois ce mot en 2015 comme vous pouvez le voir, vous avez la date dans mon article ici  .

On est dans l’ère du tout tout suite, du consumérisme, le futurisme est mort pour laisser place au présent plus que jamais, enfin je dirai qu’on vit dans le présent, on le voit avec tout la pensée issue du développement personnel cher à mon coeur et que j’étudie. On vit pour apprécier ce que la vie nous donne toute suite car on ne sait pas de quoi sera fait demain. Même la poésie d’hier n’est plus celle d’aujourd’hui, car elle fait pleurer plus que jamais. Hier, j’écoutais un texte de François léotard avec ma maman « le bateau ivre » de Arthur Rimbaud qu’il récitait, j’ai eu ce sentiment d’être complètement dans l’hier et non le demain. Je ne peux pas vous en dire plus mais écoutez ce texte et vous comprendrez que la poésie se meurt, le champ lexical des poètes romantiques et même contemporain est obsolète, il reflète le passé et non le présent.

On vit le concept d’immédiateté c’est pour ça que la poésie d’hier est dépassé, ma maman clôture cette ère avec son blog ici  . Je ne crois pas que les grands penseurs de demain soient des poètes, je crois personnellement au développement de la personnalité, et celui-ci est la nouvelle philosophie d’aujourd’hui, née au Canada à mon avis. Pour arriver à un état de développement personnel sans passer par la psychologie traditionnelle il faut avoir fait un immense travail sur soi, il faut avoir relégué le passé aux oubliettes et  vivre le présent. Le concept de la maîtrise de soi, quand on y accède permet d’avoir un total contrôle sur son cerveau, j’admire le facteur de résilience qui nous permet de l’atteindre.

Je suis le mouvement du coaching née au Canada car il est représentatif de l’évolution de la pensée d’aujourd’hui, le travail sur soi, pour contribuer à l’évolution de la pensée de demain, est le summum de la connaissance de soi, du mouvement du développement personnel qui va s’étendre.

« Adieu la philosophie vive les textes positifs, bonjour l’espoir Adieu l’histoire, au paradis tu iras, en enfer tu mourras, crois en Dieu et l’au-delà t’accueillera de ses bras »

J’aime mêler religion et égo démesuré car c’est bien qu’il soit ainsi plutôt que trop peu présent et en quelque sorte avachi, on est dans l’ère de la pensée actuelle, et celle-ci nous conduira à l’Amour, à la fin de la dépréciation de soi, et même à la guérison du moi. C’est en réalisant un travail sur son être, un contrôle du soi total.

Côté musique j’ai tendance à tout mixer pour mon bonheur d’exister….mais aujourd’hui on s’arrêtera sur post-malone, qui a vu dans le son le bon post-net son.

Mais j’aime enlever de mon vocabulaire le champ lexical d’hier pour laisser place à celui de demain, le futur est mort, c’est le présent d’aujourd’hui qui compte car on ne sait pas de quoi demain est fait, à part que c’est comme le passé, c’est dépassé.

Marie-Caroline Rey, Y.B paris