Marketing digital et stratégies looklikes

Le secteur de la mode n’est pas au ralenti dans le marketing mais il a beaucoup à apprendre des autres industries, et on peut s’en inspirer pour trouver des solutions digitales adaptées. C’est une excellente idée de regarder chez le voisin pour avoir une longueur d’avance. Dans le domaine du e-commerce et des boutiques physiques, il est assez simple de prendre exemple sur d’autres modèles pour être plus innovant et performant aussi. Il y alors différents canaux digitaux qui permettent aux entreprises de développer leur marketing et surtout d’aller vers le store to web, sachant que beaucoup de boutiques ont ce défi à relever.

Il faut savoir qu’au sein d’une équipe ce sont des outils collaboratifs type slack, Trello ou wricke, qui sont courants de oui SNCF, de Bjorg, mais Go Sport est allé plus loin en déployant facebook worksplace utilisé par 800 à 5000 collaborateurs, du groupe. Pour informer ses collaborateurs, il existe aussi d’autres solutions comme un journal d’offre, mais c’est réservé aux grandes entreprises, qui doivent faire descendre à la vertical le plus souvent l’information. Si vous avez moins de salariés, vous pouvez vous inspirer de ce modèle pour créer aussi le vôtre. Il y a aussi les tablettes en boutiques avec bientôt les données clients inclues.

Ensuite, utilisez facebook pour recruter des non-clients, car c’est le réseau idéal pour partir à la conquête de nouveaux territoires. Quant à instagram c’est le réseau parfait, pour construire l’histoire de sa marque digital sur un plan storytelling, deux stratégies différentes mais qui se complètent. Le digital est de plus en plus technique, il faut savoir précisément où aller et comment? Mais une qualité aussi essentielle est le repositionnement perpétuel, savoir se moduler et s’adapter sans cesse pour se renouveler. La data change constamment, par exemple, les enjeux ne sont plus les vu mensuelles, mais la récurrence perpétuelle d’engagement. Et le soucis est que de nombreuses entreprises sont encore dans des logiques de campagne, alors qu’il faut faire du comportemental comme sur les réseaux sociaux.

Pour protéger sa marque, il existe la pratique du brand safety, la sécurité des marques, afin de lutter contre les fake news, l’apologie de la violence, les scandales, la pédophilie, apologie des drogues, qui sont des menaces pour elle. Les annonceurs doivent être donc attentifs à environnement éditorial dans lequel ils communiquent, qui est différent d’une marque à l’autre. Et la vidéo est davantage exposée, et la violence ainsi que les discours haineux ont progressé de 30%. Il y a au final deux grands types d’enjeux, l’efficacité publicitaire d’une part avec la qualité de la visibilité et la notion de risque d’autre part. Specifique au média digital avec deux grands risques: le brand safety et la fraude publicitaire. Pour les éditeurs premium, garantir un environnement éditorial brand safe signifie établir des whitelist avec des machines pour vérifier chaque URL par exemple.

Dans l’industrie automobile on peut s’inspirer d’expérience de type campagne data driven comme l’a fait seat chez citroën, il faut noter qu’en France il y a 35 marques différentes, et des raisons de se différencier fortement, le secteur sur un plan marketing doit pouvoir s’en inspirer. Ils sont d’ailleurs un précurseur sur les formats, et s’affichent en paysage urbain pour toucher cette cible en partenariat avec des peintres connus. Et puis ils ont un credo: s’inscrire dans la vie quotidienne, pour marquer les esprits, et se démarquer par leur action ciblée. Et la marque veut innover à nouveau en allant faire essayer à l’occasion du lancement de sa marque sportive Cupra, en allant faire essayer son modèle Ateca, revisité dans les bouchons. Il faut ainsi s’inspirer des autres industries pour y découvrir des concepts applicables. On pourrait imaginer une campagne de mode dans le ciel urbain à déployer,comment y arriver? Grâce à un stratégie mise au point.

Il faut ainsi explorer chez le voisin pour y découvrir le meilleur et s’en inspirer, comme des profils « looklikes » inspirant finalement de nouvelles idées…..Et pour être innovant il faut savoir utiliser ses forces pour driver tout un secteur, ne pas hésiter à appuyer sur ses attributs d’ancienneté comme la bière Heineken, présente depuis 150 ans, et qui doit se réinventer par ce biais en appuyant sur ses caractéristiques de maîtrise du secteur, voilà comment on prend la relève!

Marie-Caroline Rey, Y.B Paris

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s