Ma vision normcore avec les sneakers OTH

L’identité de la marque OTH me rappelle une norme oubliée, c’est une contraction entre norme et hardcore, j’ai décidé d’en parler dans mon post aujourd’hui pour mettre en avant le talentueux créateur Arnaud Barboteau. Mon article va allier tendance stylistique et savoir-faire créateur. J’associe ma vision du moment normcore à un talent indéniable côté création de chaussures. La définition du normcore c’est la contraction des mots anglais « normal » et « hardcore ». Il Fait référence à un style vestimentaire caractérisé par la volonté de rendre l’individu indistinguable de la norme, définie par défaut comme le plus grand nombre. Alors comment se différencier si sonne l’heure du normcore pour être unique voir authentique? Telle est la question que pose aussi l’article au delà de la marque présentée.

Je tiens à rappeler en priorité que le fondateur à fait deux ans, de mise au point et tests car il a voulu tester des semelles inusables, élément indiscutable aujourd’hui au-delà encore du style normcore car nous recherchons tous des moyens presque économiques de qualité et d’irréprochabilité. Je vois bien là les sneakers de demain qu’on adoptera tous: Un style unique et irréprochable aux valeurs sûr qui nous démarque. C’est pour cette raison que je soutien ce très beau projet à ma façon.

Ensuite ces sneakers sont durables dans le sens qu’elle sont l’objet d’un recyclage de pneu, le créateur mixe ici industrie automobile et mode pour créer de la durabilité écologique. C’est un concept novateur et raffiné sur le plan de la création. Une alliance parfaite de principe de valeur humaniste aussi. Le cuir vient d’Italie, c’est de la vachette, et les ateliers sont basés au Portugal, il faut bien préciser que le pneu a parcouru le globe, ce qui justifie qu’on s’intéresse à ce superbe projet. A chaque fois que OTH produira trois paires de sneakers, l’équivalent d’un pneu sera recyclé. Chaque semelle est découpée directement dans le pneu usagé, cette alliance avec l’urbain sur la plan artistique aussi me plaît beaucoup et explique la vie de tout un univers. Et puis quelque part chacun aura une paire unique, quand on note bien que c’est dans un pneu qu’est récupéré la matière. C’est créateur de valeur.Et bien sûr les sneakers sont unisexes.

Le must de cette aventure et finalement la signature de la marque, c’est que chaque sneakers portera l’inscription des coordonnées GPS d’un lieu insolite et méconnu,  symbole géographique d’un champ de possibilité vers des lieux connectés éventuels. A bon entendeur!

Le fondateur a souhaité une mode indémodable et je suis d’accord avec sa vision qui rappelle l’évasion, la chaussure est déclinée en trois coloris, une version cuire blanc lisse, une version suède anthracite, et une déclinaison en nubuck crème.

Et puis OTH C’est aussi tout simplement off the hook.

 

Finalement en créant du basic on va encore plus loin au delà des espérances, dans la mode ou ailleurs, et dans la chaussure tout est dans l’Art des finitions (cousu-retourné, iron eyelets pour les 2 derniers oeillets, surpiqures, comme Arnaud Barboteau tient bien à le souligner) . OTH est passé maître dans l’Art de le faire et pose un regard purement et clairement intemporel et éco-responsable. Il a réussi à élever les standards du sneakers contemporain en adoptant une vision orientée normecore. Car rappelons que Une fois usagé, le pneu n’est malheureusement pas biodégradable et représente une source de pollution en raison des composés chimiques qu’il contient: pollution des sols ou bien pollution atmosphérique, notamment lorsqu’il est brûlé. 

Finalement Off the Hook ne sera commercialisé qu’en Europe, c’est donc le summum de la responsabilité que se doit d’avoir une marque aujourd’hui, un concept européen qui va séduire de nombreux adeptes en France et en Europe, c’est aussi l’esprit communautaire pour mieux consommer. De grands penseurs ont déjà prédis que l’esprit communautaire et non la globalisation sera de retour.

Lien du projet à soutenir: ici .

site: OTH .

Page facebook: ici

Marie-Caroline Rey, Y. B Paris